3 conditions pour évangéliser...

Publié le

EVANGELISER …

 

La « Nouvelle évangélisation » n’est plus une question entre évêques.

Elle apparaît comme une conviction aujourd’hui.

L’Eglise doit soigner sa visibilité, parce que sans visibilité, on n’existe pas dans la société.

Elle doit aussi redonner des signes forts, dans l’espace et dans le temps. Quitte à laisser ce qui « ne marche plus », qui n’évangélise plus [...]
 

Mais l’Eglise, c’est d’abord chacune et chacun d’entre nous.

C’est donc chacune et chacun d’entre nous qui pouvons témoigner, évangéliser.

 

Trois conditions sont absolument nécessaires pour l’évangélisation directe.

Si l’une de ces conditions vient à manquer, mieux vaut nous abstenir de témoigner de notre foi en public.

Cela dit, nous sommes tous pareils : nous espérons bien ne pas remplir les 3 critères, tant nous sommes parfois hésitants à l’idée d’aborder des proches avec l’évangile.

 

Première condition :

Il faut avoir peur d’y aller.

Même si la première parole du Pape Jean Paul II a été : « N’ayez pas peur », je remarque que quand on témoigne de sa foi, une certaine timidité facilite la rencontre.  La faiblesse est une force dans l’évangélisation.

 

Deuxième condition :

Il faut être persuadé qu’on n’est pas assez formé pour y aller.

Il est ainsi des personnes qui savent tout et qui ont réponse à tout… On ne les écoute généralement pas.
Pour évangéliser, il n’est pas nécessaire d’avoir toutes les réponses. Mieux vaut se contenter d’avoir une oreille pour écouter et prier.

 

Troisième condition :

Il nous faut ce que le prophète Jonas avait…

De fait, Jonas n’avait pas grand-chose. Il était désobéissant un brin têtu, (et il ne prenait pas sa douche tous les jours…)

Pire, il ne voulait pas que les Ninivites se convertissent. Il manquait totalement de miséricorde à leur égard et s’est même fâché quand les multitudes se sont converties. Il n’avait vraiment rien pour lui et pourtant quelle efficacité dans son évangélisation ! Toute la ville s’est convertie après l’avoir entendu. Qu’avait-il qu’il nous faut absolument avoir ?

Une bouche… tout simplement.

 

Voilà les trois conditions pour bien évangéliser : avoir peur, penser que sa formation est inadaptée et avoir une bouche.

Vous remplissez ces trois conditions ? Bravo, vous avez le diplôme…

Allez-y en tremblant de peur, prêt à écouter et à ouvrir la bouche au bon moment, avec votre cœur rempli d’amour… C’est ce que les gens recherchent le plus…

Essayez …

 

                                                                  Abbé Joël +

                                                        Communauté St Maximilien Kolbe

                                                                       Site Internet : http://stmaxk.free.fr

Commenter cet article